Aucun policier ne sera poursuivi pour la mort d’Andrew Brown Jr, un Afro-Américain abattu dans son véhicule en avril en Caroline du Nord, a annoncé mardi le procureur en charge de ce dossier, au grand dam de la famille, qui a dénoncé une décision « insultante ».

Sa mort, « bien que tragique, était justifiée », a déclaré le procureur du comté de Pasquotank, Andrew Womble, lors d’une conférence de presse, en présentant pour la première fois publiquement la version des autorités sur ce drame qui a suscité l’émoi aux Etats-Unis.

Selon lui, sept agents munis de mandats d’arrêt liés à une enquête pour trafic de stupéfiants s’étaient présentés au domicile du quadragénaire à Elizabeth City, le matin du 21 avril, et l’avaient trouvé dans son véhicule garé à l’extérieur. Encadrant la voiture, ils lui avaient intimé, sous la menace de leurs armes, de sortir.

Le père de famille de 42 ans avait alors tenté de fuir. « Sa décision a transformé ce qui était une démonstration de force en un usage de la force », a estimé M. Womble. « Il a manoeuvré directement son véhicule vers un agent », a ajouté le procureur, en estimant « raisonnable » la décision d’ouvrir le feu pour contrer « ce danger apparent ».

Il a précisé qu’en 44 secondes, trois policiers avaient tiré 14 balles, d’abord de face, puis à l’arrière du véhicule, une fois que M. Brown eut fait demi-tour. Deux balles ont touché Andrew Brown Jr, dont une mortelle dans sa nuque, a-t-il confirmé.

Cette information avait d’abord été rendue publique par la famille de la victime, sur la base d’un rapport d’autopsie indépendant. Khalil Ferebee, l’un des fils du quadragénaire, en avait conclu que son père avait été « exécuté ».

Mardi, les proches d’Andrew Brown Jr ont vivement dénoncé la décision du procureur de refermer l’enquête.

« Dire que les tirs étaient justifiés est une insulte et une claque », ont-ils estimé dans un communiqué transmis via leurs avocats. « La voiture s’éloignait des policiers et quatre (d’entre eux) n’ont pas tiré, ce qui montre qu’ils ne se sentaient pas en danger », ont-ils ajouté, en réclamant une « intervention immédiate du ministère fédéral de la Justice ».

Le drame, survenu le lendemain du verdict dans le procès du meurtre de George Floyd, avait été suivi de manifestations dans la petite ville et au-delà, d’autant que la justice avait refusé d’autoriser la diffusion des images des caméras-piétons des agents, alimentant les spéculations.

Anticipant de « possibles troubles civils », la maire d’Elizabeth City, Bettie Parker, avait décrété un couvre-feu pendant plusieurs nuits.

Le procureur Womble a finalement montré mardi plusieurs extraits de ces enregistrements, qui confirment l’importance du dispositif policier déployé pour interpeller M. Brown ainsi que sa tentative de fuite. Il est toutefois difficile d’évaluer sa vitesse et si les policiers étaient sur sa trajectoire.

Ce contenu provient de TV5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Automobiles : Hausse de 901 millions FCFA du chiffre d’affaires de la société Tractafric Motors Côte d’Ivoire au premier trimestre 2021

Le chiffre d’affaires de la société Tractafric Motors Côte d’Ivoire (TMC), spécialisée dan…