L’écrivain Benjamin Bouda conscientise sur l’importance des valeurs traditionnelles

Ouagadougou 20 mars 2021 (AIB) – L’écrivain Benjamin Bouda  a exhorté samedi, la jeunesse burkinabè dans ouvrage «Les anges cruels», à s’approprier les valeurs traditionnelles, afin de se faire une vision du futur dans un monde pris en otage par la modernité.

«Si nous voyons notre société d’aujourd’hui, nous nous rendons compte que nous sommes perdus et que l’homme noir doit se ressaisir. Nous sommes en train de suivre le blanc et cela me touche vraiment au cœur»,  a affirmé  l’auteur de l’ouvrage «Les anges cruels», Benjamin Bouda.

Selon lui, il compte conscientiser la jeunesse du Burkina Faso,  à travers son livre qui évoque l’importance des valeurs traditionnelles dans un monde en proie  à la modernité.

L’écrivain Bouda, par ailleurs, douanier de profession, s’exprimait samedi à Ouagadougou,  au cours d’une cérémonie de dédicace de son œuvre «Les anges cruels».

Il a expliqué que son roman de 180 pages  invite  les Burkinabè à réfléchir sur la tradition  et la culture  pour se faire une  vision du futur pour éviter une certaine déperdition dans la société.

«Dans la tradition, il y a ce qui est bon et ce qui est mauvais et il revient aux jeunes d’opérer le bon choix », a-t-il soutenu.

Benjamin Bouda, amoureux des lettres,  précise avoir entamé l’écriture de son œuvre depuis sa classe de 3e  au lycée provincial Naaba Baongo de Manga, dans la région du Centre-Sud.

L’auteur  dit  être traumatisé par des phénomènes naturels dès son enfance et c’est ce qui l’a motivé à concrétiser son  rêve par la rédaction  de son roman «Les anges cruels».

M. Bouda a fait observer que son livre est une romanesque qui retrace l’histoire d’un jeune garçon du nom de Yembi, né d’une famille pauvre.

A l’en croire, le jeune est issu d’une société traditionnelle troublée par des catastrophes  naturelles où l’éducation et la cohésion sociale étaient au  centre du vécu.

L’auteur a fait savoir  que Yembi dès son bas âge a été sous les péripéties du phénomène de la sorcellerie et de l’impact de la culture occidentale.

Pour le nouvel écrivain, l’ouvrage aborde plusieurs thèmes qui sont, entre autres, la politique, l’excision, la religion, la prostitution, le banditisme, l’escroquerie, la perte des valeurs africaines.

Benjamin Bouda, auteur de l’œuvre Les anges cruels  est né  en 1985  à Bazin dans la région du Centre-Sud est titulaire d’une licence en 2010 et d’une maîtrise C2 en 2011 de l’Université Josep Ki-Zerbo de Ouagadougou.

Agence d’information du Burkina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Jean-Louis Billon : figure de proue de la nouvelle garde politique ivoirienne

Après toutes les péripéties subies par l’arène politique ivoirienne, tout le monde observe…