CFOP-BF : Eddie Komboïgo prend les rênes

Le Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé a officiellement installé ce vendredi 5 mars 2021, le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Eddie Komboïgo  dans sa fonction de chef de file de l’opposition politique du Burkina Faso (CFOP-BF). Il remplace ainsi Zéphirin Diabré, président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), désormais Ministre d’Etat auprès du président du Faso en charge de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale. La cérémonie de passation de service entre le Chef de file de l’opposition politique sortant, et celui entrant, première du genre au pays des hommes intègres, a connu la présence des présidents de partis de l’opposition politique de même que ceux de la majorité.

Dans un contexte ou bon nombre de pays dans la sous région ouest-africaine et même au delà (Tchad par exemple) connaissent des crises socio-politiques, le Burkina Faso fait la différence. Le Chef de file de l’opposition politique sortant zéphirin Diabré a officiellement cédé sa place à celui entrant Eddie Komboïgo , au cours d’une cérémonie sobre ce matin.

En effet Le Statut de l’Opposition politique au Burkina Faso dispose en son article 12 que « le chef de file de l’Opposition est le premier responsable du parti de l’Opposition ayant le plus grand nombre d’élus à l’Assemblée nationale (…) ». En rappel, le CDP est sorti des élections législatives du 22 novembre 2020 avec 20 sièges à l’Assemblée nationale alors que l’UPC en a eu 12.

Après son installation dans ses nouvelles fonctions, le nouveau Chef de file de l’opposition politique, Eddie Komboïgo, a salué le travail de son prédécesseur, Zéphirin Diabré, « un grand homme », dit-il. « Gérer une opposition ce n’est pas facile. La preuve est qu’il est actuellement à la majorité », a taquiné  Eddie Komboïgo avant de se lancer dans une longue complainte en lien avec la gestion du processus électoral et la gouvernance du parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP).

« A l’heure où je prends mes fonctions, en ma qualité de Chef de file de l’opposition politique, mes pensées vont à l’endroit de ces braves populations éprises de paix et de justice et surtout de démocratie qui sont sortis massivement le 22 novembre pour exprimer leur devoir civique (…) Certains ont réussi à voter, mais malheureusement d’autres n’ont pas pu exercer ce devoir parce qu’ils ont été exclus, soit lors de l’enrôlement, soit pendant l’organisation des élections par la CENI. En tout état de cause, les Burkinabè ont été désabusés par les résultats servis par une CENI consciente de transgresser allègrement le Code électoral en proclamant des résultats provisoires sans compilation manuelle contrairement aux dispositions du Code électoral ».

Eddie Komboïgo

Sur le plan sécuritaire, le nouveau CFOP dit avoir constaté « une relative accalmie ». Pour lui, le Burkina Faso a souffert « des 5 ans de guerre ». Eddie Komboïgo « encourage le chef de l’Etat et le Premier ministre à aller vers la solution intelligente de la diplomatie pour qu’enfin [les Burkinabè] retrouvent la paix ».

Cette installation a lieu . L’on peut abonder dans le même sens que le président de l’assemblée nationale pour qui  la démocratie burkinabè connait un murissement et « Les esprits ont changé ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Journée de l’excellence scolaire : 99 lauréats reçoivent les félicitations du président du Faso

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a présidé ce 3 août 2021 la journée de l’e…