Basques, Bretons, Catalans, Corses ou Alsaciens: des milliers de personnes ont manifesté samedi dans différentes villes de France pour défendre « l’enseignement immersif » en langues régionales, censuré par le Conseil constitutionnel.

« Les gens sont là parce qu’ils ont peur que les écoles associatives soient fermées. La décision du Conseil constitutionnel pourrait leur enlever tous leurs financements » et « remet en cause une méthode pédagogique utilisée depuis plus de 50 ans », a déclaré à l’AFP le député du Morbihan Paul Molac (Libertés et Territoires), présent parmi les 6.000 manifestants bretons à Guingamp (selon la préfecture, 10.000 selon les organisateurs).

Il est l’auteur de la loi sur les langues régionales, votée le 8 avril à l’Assemblée et retoquée partiellement le 21 mai par le Conseil constitutionnel, qui a censuré la méthode immersive à l’école, c’est-à-dire un enseignement effectué en grande partie dans une langue autre que le français, ainsi que l’utilisation de signes diacritiques comme le tilde (~) dans les actes de l’état civil.

A Bayonne, 10.000 personnes selon les organisateurs, 6.000 selon la police, ont manifesté dans les rues de la ville, dans une ambiance calme et familiale, mais avec une farouche détermination. « On a besoin de solutions pour ne pas qu’un enfant sur cinq en maternelle se retrouve anticonstitutionnel à la rentrée », a réclamé Peio Jorajuria, président de la Fédération des écoles associatives immersives, dites ikastola, où 5.000 enfants sont scolarisés.

En rangs serrés, les enfants ont défilé derrière les panneaux de leurs écoles respectives. Le basque, « c’est la première langue que j’ai apprise, j’aime la parler et je veux continuer à la parler à l’école et en dehors », a expliqué Naroa, 8 ans.

« Du jour au lendemain on nous dit que cet enseignement est tout simplement illégal. Je suis très inquiet pour ma langue. Dire qu’on est contre le français est un faux argument », craint Arkaitz, venu avec sa fille Otxanda, 8 ans.

– Modifier la Constitution –

A Perpignan, un millier de Catalans ont aussi défilé au son des tambours, en brandissant des drapeaux « sang et or ».

« On dirait qu’ils ne savent pas ce que c’est qu’une école immersive. Ils croient que l’on n’apprend pas le français », a déploré Elena Gual, directrice de l’école Arrels, école publique en immersion à Perpignan.

« Pourtant l’inspection d’académie vient contrôler régulièrement et sait bien qu’on fait le travail comme il faut. On voudrait continuer à enseigner et faire ce que l’on fait depuis 40 ans », a-t-elle ajouté.

Selon Yann Uguen, président des écoles associatives d’enseignement immersif en breton Diwan, « il faut modifier la Constitution » pour sortir de « l’impasse ».

« C’est une régression, car c’est le principe même de l’enseignement immersif d’une langue régionale qui a été déclaré inconstitutionnel », a également critiqué Claude Froehlicher, président de l’association de parents d’élèves Eltern Alsace, à Colmar, où environ 200 personnes se sont réunies samedi sous les drapeaux rouge et blanc alsaciens.

– Pas du folklore –

Les deux petites filles de 7 et 5 ans de Cécile Walschaerts, Belge mariée à un Alsacien, ont fait leurs années de maternelle en immersion alsacien/allemand.

« La seule façon de faire en sorte que mes enfants puissent devenir des vrais locuteurs de l’alsacien et transmettent plus tard à leurs enfants une langue qui est dans leur famille depuis des siècles, c’est l’enseignement en immersion », a-t-elle expliqué.

Apprendre l’alsacien, c’est entrer dans « un univers de comptines, de légendes, de jeux dans cette langue », a-t-elle mis en avant, refusant que cet apprentissage soit réduit à « un folklore ».

A Bastia, des chants polyphoniques corses ont clôturé à la mi-journée la manifestation d’un peu moins de 200 personnes, dont le leader du mouvement indépendantiste « Corsica Libera » et président de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, devant l’inspection académique pour la défense de langue corse. Deux banderoles ont été déployées avec le message « Pour que vivent nos langues ».

« C’est une mobilisation fondamentale. Le Conseil constitutionnel a nié un fait démocratique. Ce qui se passe est gravissime. Il remet en cause tous les dispositifs d’enseignement de la langue corse », a lancé au micro Ghjiseppu Turchini, professeur de langue corse.

A Lille, une quarantaine de personnes ont réclamé au rectorat l’enseignement en primaire du picard et le recrutement d’enseignants de flamand.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

L’Euro 2021 vu d’Afrique : Allemagne-Portugal, un soupçon de Côte d’Ivoire-Cap-Vert

Il a ébloui le monde à l’Euro 2016 avec le Portugal. Renato Sanches et sa sélection finiro…