Les stratégies de développement pour l'Afrique

« Les stratégies de développement pour l’Afrique à cheval entre le consensus de Washington et le consensus de Beijing ou vers un nouveau paradigme du développement ». C’est le titre que porte le  livre de Christophe Zouré. La dédicace de cette œuvre consacrée à l’analyse du positionnement des Etats africains face à ces deux modèles de développement est intervenue dans la soirée du Jeudi 3 juin 2021 à l’Université Joseph Ki ZERBO. La cérémonie de dédicace était sous le parrainage du ministre du commerce et de l’industrie Harouna Kaboré.

« Tout développement est endogène. Il n’y a pas de développement qui ne soit pas endogène. Même ceux que nous considérons comme des grandes puissances aujourd’hui se sont bâtis à partir de leurs propres valeurs et cultures.» Ces propos sont du parrain de la dédicace du livre, monsieur le ministre du commerce et de l’industrie Harouna Kaboré. Il soutient ainsi la conception du développement de l’auteur du livre monsieur Christophe ZOURE. Pour ce dernier en effet, après une fine analyse entre les « deux prétentions de développement » qui sont actuellement en vogue notamment le consensus de Washington et le consensus de Beijing, il est arrivée à la conclusion que les Etats africains doivent envisager leur développement autrement.

« Le développement endogène se présente comme une très belle perspective de développement pour l’Afrique parce qu’elle permet aux Africains de construire un modèle de développement basé sur leurs ressorts culturels », a-t-il expliqué.

Développement de l’Afrique: Le Consensus de Washington?

Le « Consensus de Washington » est un accord tacite visant à conditionner les aides financières aux pays en développement à des pratiques de bonne gouvernance telles que définies par le Fonds Monétaire International et la Banque mondiale. Ces « bonnes pratiques » d’inspiration fortement néo-libérales ont été formalisées en 1989 par John Williamson. Elles visent notamment à la dérégulation de l’économie. Elles ont ensuite été vivement critiquées pour les conséquences dramatiques qu’elles ont pu avoir dans les pays où ces politiques ont été appliquées avec le plus de rigueur.

Développement de l’Afrique: Le  consensus de Beijing?

Le Consensus de Pékin (ou Consensus de Beijing) est un terme décrivant la diplomatie et le modèle de développement proposé par la République populaire de Chine, en particulier auprès des pays en voie de développement, notamment en Afrique. L’Occident et la Chine ont ici des positions très différentes sur les besoins et méthodes pour soutenir le développement de ces pays. La position occidentale est contenue dans le Consensus de Washington, avec pour axes principaux le libre-échange, la lutte contre la corruption, la transparence, les droits civiques et la démocratisation, ainsi que la défense des droits de l’homme. De son côté, l’approche diplomatique chinoise prête une grande estime à la non-ingérence (indépendance pour les affaires internes) de tout pays, ainsi qu’un développement « à la chinoise » : structurel (chemins de fer, ports, barrages, etc) et économique d’abord (industrie, mines, pétrole), puis éventuellement civique

L’Afrique doit trouver sa propre voie de développement

« L’Afrique doit penser son propre développement et le développement endogène se présente comme une belle perspective car il permet aux africains de construire leurs développement en se basant sur leur essor culturel », soutient encore Christophe Zouré.  Par ailleurs, de nombreux auteurs et personnalités africaines ont déjà traité du développement endogène de l’Afrique. Parmi eux, l’illustre père de la révolution burkinabè, le président Thomas Sankara. Il a toujours prôné le développement endogène et l’a démontré par des actes concrets.  Lorsqu’il dit par exemple que nous devons consommer ce que nous produisons et produire ce dont nous avons besoin. Joseph Ki Zerbo disait également ceci : «  Le développement de l’Afrique sera endogène ou il ne le sera pas. » Il en de même pour Felwine Sar. Ce dernier dans Afrotopia estime que l’Afriaqu n’a personne à rattraper. L’Afrique selon lui ne devrait pas construire son développement en prenant pour référence ni l’occident, ni la Chine.

Tout ceci conforte Christophe Zouré dans son analyse. Le livre est déjà disponible dans les librairies

A propos de l’auteur

Christophe Zouré, est né à Grand-Lahou, une petite ville balnéaire du sud de la Côte d’Ivoire.
Ses parents ont immigré de Garango une ville du centre-est du Burkina Faso au début des années 60. Il a fait des études de droit à l’Université Joseph Ki Zerbo à Ouagadougou (Burkina Faso), puis en études du développement à l’Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève en Suisse et en sciences politiques à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) au Canada. Passionné de la thématique du développement, il travaille comme expert chargé de la mise en oeuvre de projets dans le domaine de la coopération mais aussi comme analyste politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Journée de l’excellence scolaire : 99 lauréats reçoivent les félicitations du président du Faso

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a présidé ce 3 août 2021 la journée de l’e…