Les locaux du FC Barcelone ont été perquisitionnés lundi 1er mars par la justice.
Les locaux du FC Barcelone ont été perquisitionnés lundi 1er mars par la justice. © Lluis Gene, AFP

À six jours des élections pour la présidence du club, la police a mené une opération au siège du FC Barcelone, lundi. Selon plusieurs médias catalans, l’ancien président démissionnaire Josep Maria Bartomeu serait ciblé.PUBLICITÉ

La police catalane a mené, lundi 1er mars, une opération au siège du FC Barcelone, à six jours des élections pour la présidence du club, a annoncé un porte-parole.

« Nous sommes en train d’effectuer une opération en ce moment-même avec des agents du département des délits économiques », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la police régionale, tandis que des sources policières ont indiqué qu’il s’agissait de perquisitions.

En milieu de journée, le Barça a diffusé un communiqué pour confirmer « la perquisition des ‘Mossos d’Esquadra’ ce (lundi) matin dans les bureaux du Camp Nou, sur ordre de la juge du tribunal d’instruction n°13 de Barcelone, chargée de l’affaire du contrat pour services de surveillance des réseaux sociaux ». Le club a précisé avoir « offert sa totale collaboration » à la justice.

Ce coup de théâtre intervient au moment où l’équipe connaît un regain de forme en Liga après des mois de crise sportive, dont le point d’orgue a été la gifle infligée à domicile par le Paris SG en Ligue des champions le 16 février (1-4). PUBLICITÉ

Des arrestations

Plusieurs personnes ont été arrêtées mais leur identité n’a pas été révélée par le porte-parole de la police régionale catalane.

Selon le quotidien sportif catalan de référence Marca et la radio Cadena Ser, l’ancien président démissionnaire Josep Maria Bartomeu a été arrêté et serait la cible de l’enquête. Les deux médias assurent aussi que le directeur général en place, Oscar Grau, et le directeur juridique, Roman Gomez Ponti, ont également été interpellés.

Une perquisition liée au « BarçaGate » ?

Contactées par l’AFP, les autorités judiciaires se sont réfugiées derrière le secret de l’instruction mais ont tout de même confirmé que la magistrate ayant ordonné ces perquisitions était celle qui enquêtait sur le scandale du « Barçagate »

Le 17 février 2020, le FC Barcelone avait démenti être à l’origine d’une campagne de calomnies visant des figures du club sur les réseaux sociaux dans le but d’améliorer l’image de Josep Maria Bartomeu, qui a démissionné le 27 octobre dernier. 

La Cadena Ser avait montré dans une enquête que le Barça avait versé un million d’euros en six factures distinctes à l’entreprise I3 Ventures, avec qui le club a depuis coupé les ponts.

« Les a-t-on chargés de surveiller les réseaux sociaux ? La réponse est oui. Les a-t-on chargés de discréditer des personnes ou institutions sur les réseaux sociaux ? La réponse est non. Et nous poursuivrons tous ceux qui nous accusent de cela », s’était alors défendu Bartomeu, qui a finalement jeté l’éponge fin octobre.

Cette opération policière intervient à six jours des élections pour la présidence du FC Barcelone prévues dimanche, où les socios (supporters-actionnaires) seront appelés à choisir entre Joan Laporta, Toni Freixa et Victor Font.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Énergie solaire : La Banque mondiale finance environ 93 milliards de F CFA pour l’électrification de 120 000 ménages

Le Ministre de l’Énergie, des Mines et des Carrières, Dr Bachir Ismaël OUEDRAOGO a pris pa…