Albertina Kassoma (Angola)

Née le 12 juin 1996, Albertina da Cruz Kassoma sera la principale attraction de cette 24e CAN de handball féminin. La pensionnaire du CS Rapid Bucarest (Roumanie) est considérée comme l’atout majeur de l’Angola. Performante au Championnat du monde en 2013 et aux JO 2016, la pivot avait terminé «Meilleure joueuse» de la CAN remportée en 2018 par les Angolaises devant le Sénégal.

Marie-Paule Balana (Cameroun)

Il n’y a pas de grande équipe de handball sans grande gardienne. A seulement 26 ans, Marie-Paule Balana fait déjà partie des valeurs sûres de l’équipe du Cameroun. Arrivée en sélection nationale en 2015, la gardienne de FAP de Yaoundé n’est jamais repartie. Régulièrement décisive avec les Lionnes, son palmarès (une médaille de bronze à la CAN 2016 et une en argent aux Jeux Africains 2019) et son expérience peuvent s’avérer incontournables.

Doungou Camara

Doungou Camara (Sénégal)

Ancienne internationale junior de France, Doungou Camara défend les couleurs du Sénégal depuis 2012. Formée au Paris 92, l’arrière de Fleury Loiret Handball (élite française), rêve depuis de soulever le trophée de la CAN. En 2016, alors qu’elle effectue un excellent tournoi et hisse le Sénégal en finale, elle reçoit malheureusement une suspension parce que sa naturalisation n’était pas encore effective. Et en 2018, elle rate la compétition en raison d’une blessure. La joueuse de 26 ans a donc hâte d’en découdre avec ses adversaires, cette année.

Christianne Mwasesa (RD Congo)

Elle est sans doute la pierre angulaire de la défense des Léopards dames de RD Congo. Rugueuse et toujours en éveil, l’on ne se débarrasse pas facilement de Christianne Mwasesa. Si elle sait si bien défendre, la joueuse de 36 ans a aussi de bonnes qualités offensives. Comme l’Angolaise Albertina Kassoma, la Congolaise avait marqué la dernière CAN 2018. Elle avait d’ailleurs terminé «Meilleure marqueuse» (63 buts) et «Meilleure arrière». Médaillée de bronze aux Jeux Africains 2019, elle devrait tout donner lors de ce qui pourrait être sa dernière CAN.

Rakia Rezgui, l’étoile tunisienne

Rakia Rezgui (Tunisie)

Elle est considérée comme l’étoile montante du handball en Tunisie. Rakia Rezgui, s’est déjà frayé un chemin parmi les grandes. Promue en élite française avec son club Celles-sur-Belles, la jeune pivot de 24 ans a déjà participé à deux championnats du monde en 2015 au Danemark et en 2017 en Allemagne. Elle incarne le rêve de toute une nation qui attend de pouvoir célébrer un quatrième titre continental.

Patience Okabande (Congo)

Elle a fait ses classes dans le championnat local de Brazzaville. En 2016, alors qu’elle évoluait dans la formation d’Abo Sport, Patience Okabande est sélectionnée pour la première fois. Depuis, la demi-centre de l’équipe du Congo est sur une bonne courbe de progression. Devenue professionnelle en 2019, lorsqu’elle rejoint le Blanzat Sport Montluçon handball en France, la joueuse de 26 ans est un membre important de cette nouvelle génération des Diables rouges dames du Congo. Une des révélations de la dernière CAN.

Dorathy Nyagh (Nigeria)

Son volume de jeu et son sens de l’anticipation rassurent. Capitaine de l’équipe nationale du Nigeria qu’elle intègre en 2018, Dorathy Nyagh a amélioré son jeu. Aujourd’hui, elle est sur une courbe ascendante. Après 20 ans d’absence, son équipe et elle sont déterminées à ne rien laisser au hasard. Si remporter le titre n’est pas une priorité, pour elle, l’objectif premier consiste à obtenir un billet pour le championnat du monde de handball 2021 en Espagne.

Kigoum WANDJI

L’article Handball-CAN féminine : les sept joueuses à suivre est apparu en premier sur Sport News Africa.

Ce contenu provient de sportnewsafrica

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

L’Euro 2021 vu d’Afrique : Allemagne-Portugal, un soupçon de Côte d’Ivoire-Cap-Vert

Il a ébloui le monde à l’Euro 2016 avec le Portugal. Renato Sanches et sa sélection finiro…