Quelque 1,9 million de personnes en France sont frappées par la « grande pauvreté », c’est-à-dire qu’elles vivent avec moins de 930 euros par mois pour une personne seule, et subissent en même temps de nombreuses « privations matérielles et sociales », a calculé l’Insee dans une étude publiée jeudi.

Ce phénomène concerne 2,4% de la population – hors Mayotte -, une « proportion relativement stable sur 10 ans », relève l’Insee, qui se base sur des données remontant à 2018. La France est ainsi dans une position « médiane » en Europe, entre des pays comme la Suède, le Danemark, la Finlande ou les Pays-Bas, où la grande pauvreté concerne moins de 1% de la population, et la Roumanie, où ce taux atteint 11%.

La grande pauvreté est « souvent durable », selon l’institut statistique: parmi les particulièrement pauvres, 25% le sont toujours au bout de trois ans et plus de 60% connaissent toujours au moins une forme de pauvreté (matérielle ou monétaire).

Si la pauvreté est le plus souvent définie comme le fait de gagner moins de 60% du niveau de vie médian (14,5% de la population est dans ce cas en 2019), la « grande pauvreté » se base sur un autre seuil, à 50% du niveau de vie médian, auquel on ajoute le fait de subir au moins 7 privations dans sa vie quotidienne, parmi une liste de 13 relatives au logement, aux loisirs, etc.

Ainsi, 81% des personnes en grande pauvreté déclarent ne pas pouvoir s’acheter de vêtements neufs et près de 90% disent ne pas pouvoir s’offrir une semaine de vacances ou une activité régulière de loisirs.

Les enfants et adolescents sont « surreprésentés » dans la grande pauvreté: ils comptent pour 20% de la population générale, mais pour 35% des plus pauvres.

Si, logiquement,le phénomène touche beaucoup les chômeurs, ainsi que les inactifs qui ne sont ni retraités ni étudiants, il n’épargne cependant pas les travailleurs: un tiers des très pauvres est en emploi, « dont une grande part d’ouvriers et de personnes travaillant à temps partiel ou de manière discontinue dans l’année », relève l’Insee.

Le phénomène est particulièrement prégnant dans les départements d’outre-mer: la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion comptent ensemble pour 14% de tous les très pauvres, et Mayotte, à elle seule, pour 10%.

Dans ce dernier département, où 40% des logements sont en tôle, les trois quarts de la population vivent sous le seuil de 50% du revenu médian national. « Même si le statut de privation matérielle et sociale ne peut pas être précisément mesuré » pour cette population, la « quasi-totalité » de ces pauvres sont « très vraisemblablement » frappés par la « grande pauvreté », estime l’Insee.

Ce contenu provient de TV5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Automobiles : Hausse de 901 millions FCFA du chiffre d’affaires de la société Tractafric Motors Côte d’Ivoire au premier trimestre 2021

Le chiffre d’affaires de la société Tractafric Motors Côte d’Ivoire (TMC), spécialisée dan…