La mise en œuvre du processus de paix au Soudan reste limitée, alors que les violences intercommunautaires au Darfour connaissent une flambée, a-t-on appris lundi d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU.

Sven Jurgenson, représentant permanent de l’Estonie aux Nations Unies, a informé l’organe de 15 membres en qualité de président du Comité du Conseil de sécurité établi conformément à la résolution 1591 (2005) sur le Soudan, que pendant la période couverte par le rapport du 25 mars au 14 juin, des sanctions ciblées, dont l’embargo sur les armes au Darfour, continuent de contrecarrer les actions susceptibles de nuire à la paix dans le pays.

M. Jurgenson a informé les États membres que le comité avait procédé à deux consultations informelles sous forme de vidéoconférences à huis clos. La première a eu lieu le 30 mars lorsque le comité a été informé par le groupe d’experts de son programme de travail pour le mandat actuel. La seconde a eu lieu le 17 mai, lorsque le comité a été informé par Virginia Gamba, représentante spéciale du secrétaire général pour les enfants et les conflits armés.

Mme Gamba a présenté les efforts soudanais pour protéger les civils, mais a averti que les capacités nationales pour le faire restent limitées, nécessitant un engagement supplémentaire entre le gouvernement et les groupes armés pour faire face aux violations.

Soulignant les éléments du rapport trimestriel, M. Jürgenson a reconnu que bien que les signataires de l’accord de paix, qui comprennent le gouvernement et plusieurs groupes non étatiques, restent engagés dans sa mise en œuvre, le processus reste limité.

En ce qui concerne le Darfour, le comité a indiqué que la violence intercommunautaire continuait de croître dans plusieurs régions, entraînant de nouveaux déplacements. Dans la plupart des cas, le gouvernement soudanais a pu rétablir l’ordre.

Tout au long de l’année écoulée, le gouvernement soudanais a pris des mesures pour répondre à la montée des affrontements dans différentes parties du Darfour, a-t-il souligné, notant que certaines contraintes de capacité continuent de limiter la capacité de l’Etat à répondre.

M. Jurgenson a assuré le Conseil que les mesures ciblées et l’embargo sur les armes au Darfour servent uniquement à aider le Soudan à parvenir à la paix, concluant que ces actions servent finalement à empêcher une nouvelle prolifération des armes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Automobiles : Hausse de 901 millions FCFA du chiffre d’affaires de la société Tractafric Motors Côte d’Ivoire au premier trimestre 2021

Le chiffre d’affaires de la société Tractafric Motors Côte d’Ivoire (TMC), spécialisée dan…