Caracolas, quartier résidentiel du centre de Malabo. Mercredi 9 juin, deux jours avant le coup d’envoi de la 16e édition de l’Euro (11 juin-11 juillet). Chez Eleme Asumu, un haut cadre d’une entreprise locale, on vient de s’acheter un nouveau téléviseur. «Parce que mon dernier fils a brisé l’écran de l’ancien. Et c’était au lendemain de la finale de la Ligue des champions européenne», raconte-t-il.

Eleme Asumu est un aficionado. Avec le couvre-feu en vigueur, il ne sort presque plus de son domicile. Dès 19 heures, tout est fermé, personne n’a plus le droit de marcher dans les rues fortement militarisées. Et ça dure jusqu’à 6 heures du matin le lendemain. «Cette Euro arrive au bon moment. Après le travail, je m’ennuie. Je ne peux plus aller rendre visite à mes amis. Du coup, je regarderai la compétition chez moi», ajoute-t-il.

«Mon amour pour l’Espagne va au-delà du football»

Comme Eleme Asumu, à l’autre bout de la ville, Eleuterio Nsola, un chauffeur de taxi vivant au quartier populaire de Nsemu, à l’Est de Malabo, lui, échange avec ses amis du quartier, il discute dans un bistrot. «On aura droit à des rencontres de grande facture. C’est l’Espagne que nous attendons. Comment va-t-elle se comporter ? Là est la grande question», lance-t-il à ses camarades qui acquiescent comme pour corroborer ses propos. Même ambiance sur le bord de mer à Malabo ou des jeunes se réunissent et parlent de l’Euro.

Lundi 14 juin, l’Espagne entre en scène contre la Suède au stade olympique de Séville. Le pays jouera donc son premier match à domicile. Et les Equato-Guinéens s’impatientent. «Pourquoi a-t-on programmé le match de l’Espagne, si loin ?» s’interroge un supporter. «On aurait souhaité qu’ils ouvrent la compétition, lance un autre. Mon amour pour la sélection espagnole va au-delà même du football. Mais je vais me régaler avec ces matches.» L’attente est donc grande et les Equato-Guinéens ne veulent en aucun cas manquer l’occasion d’encourager la Roja.

L’Euro un bon moyen pour «digérer» le confinement

Comme la plupart des Africains, les Equato-Guinéens vont donc suivre le tournoi. «Avec le couvre-feu et le confinement que nous vivons en ce moment, voilà un bon moyen de se divertir pendant un mois», souligne tout joyeux, Milam Ona Ndumu, enseignant dans un collège de Malabo. Mais pour la grande majorité, c’est l’Espagne qui est leur premier centre d’intérêt. «Tous avec la Roja» ou «l’Espagne, en avant», peut-on, entendre dans les bistrots de Malabo.

La présence de grandes équipes dans le tournoi comme la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, l’Angleterre et le Portugal ou la Belgique rend difficile et incertain tout pronostic. Mais les Equato-Guinéens croient dur comme fer que les Espagnols rentreront avec le trophée. Car selon eux «le pays a le meilleur championnat du monde». On verra le 11 juillet, jour de la finale.

Fabien ESSIANE

L’article L’Euro 2021 vu d’Afrique : Malabo dans l’euphorie, derrière l'Espagne est apparu en premier sur Sport News Africa.

Ce contenu provient de sportnewsafrica

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Automobiles : Hausse de 901 millions FCFA du chiffre d’affaires de la société Tractafric Motors Côte d’Ivoire au premier trimestre 2021

Le chiffre d’affaires de la société Tractafric Motors Côte d’Ivoire (TMC), spécialisée dan…