Dans le cadre de la lutte contre l’insécurité, le ministre d’Etat, ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, Chérif Sy, a effectué une visite terrain à Pô, dans le Centre-Sud, le jeudi 22 avril 2021, pour s’imprégner des réalités et encourager « ses éléments ». Du centre d’entrainement commando à la gendarmerie en passant par l’académie militaire Geoges Namoano, la délégation a pris la température de chaque entité.

Le patron de la défense du Burkina a repris son bâton de pèlerin. Dans sa série de rencontres des éléments sur le terrain afin de toucher du doigt leurs réalités, Chérif Sy s’est rendu dans le Centre-Sud cette fois-ci. Le camp militaire Thomas Sankara de Pô a été la première et longue étape de cette visite.

Dans ce camp qui forme les commandos burkinabè, le ministre de la Défense nationale est allé à la découverte du Centre d’entrainement commando et de formation aux opérations spéciales (CEC-FOS), créé en 2017 par un décret du président du Faso et est mis véritablement en place deux ans plus tard.

Le ministre de la Défense nationale, Chérif Sy (habit couleur blanche), recevant les explications de l’opération antiterroriste.

Selon le commandant du CEC-FOS, chef de bataillon Rodrigue Compaoré, ce centre est chargé d’assurer la formation commando ainsi que la formation et le perfectionnement du personnel aux opérations spéciales surtout dans la lutte contre l’insécurité. « Depuis sa création, nous recevons un panel de stages qui est assez large. Il va du stage d’initiation et d’aguerrissement commando au stage de qualification commando », a-t-il indiqué.

Dans ce centre, il y a plusieurs capacités spécifiques notamment dans le domaine tireur d’élite, protection de haute personnalité ou tout autre domaine spécifique, informe le commandant, qui ajoute par ailleurs que l’expertise est « essentiellement nationale puisque la majorité du personnel encadrant a été formée sur place sur des réalités nationales ». Ce qui constitue aujourd’hui un atout majeur dans la lutte contre l’insécurité.

Le commando en pleine opération.

Lutte contre l’insécurité: Une opération antiterroriste

Pour joindre l’acte à la parole, le CEC-FOS a fait séance de démonstration en présence du ministre et la hiérarchie militaire. Un commando doit procéder à une libération d’otage dans un timing assez contraint. Avant d’y procéder, les éléments ont été briefés de la situation. La position de la cible, les éventuels obstacles, les méthodes et moyens à employer, tout est expliqué par le chef de mission.
L’action de capture est combinée d’autres actions. « Il s’agit de capturer un chef terroriste, une cible de haute valeur qui s’est retranchée dans un bâtiment », dira commandant Rodrigue Compaoré. Mais pendant ce temps, deux autres groupes d’action ont agi simultanément.

Le chef terroriste, cible principale de la mission, a été exfiltré par le commando.

L’opération a été un succès devant le regard admirateur du ministre de la Défense nationale et les officiers. « Nous avons été véritablement édifiés et nous en tirons une grande satisfaction pour les forces armées nationales d’avoir cette capacité autonome », a affirmé Chérif Sy. Compte tenu du contexte d’insécurité dans lequel le Burkina vit, le ministre légitime ce centre. « Ce type de formation, nous en avons besoin par rapport à l‘adversité à laquelle nous sommes confrontés », a-t-il dit.

Lutte contre l’insécurité: « Il y a toujours des choses à améliorer »

En seulement deux années d’existence, les échos des éléments du CEC-FOS sont positifs, car leur prestation sur le terrain est encourageante, informent les responsables de ce centre. Toutefois, le commandant Rodrigue Compaoré tient à garder la tête sur les épaules. « Mais nous ne nous leurrons pas ; nous savons qu’il y a toujours des choses à améliorer », a-t-il déclaré. Et de préciser que le retour sur le terrain leur permet d’actualiser l’offre de formation.

Le chantier de la nouvelle Académie militaire Georges Namoano (AMGN) s’étend sur une superficie de 50 hectares.

Après le Centre d’entrainement commando et de formation aux opérations spéciales, les visiteurs du jour ont mis le cap sur les chantiers en cours pour la construction de la nouvelle Académie militaire Georges Namoano (AMGN). Les voies sont déjà tracées et les travaux sont en cours. Cette académie, qui selon le ministre, est « l’Afrique en miniature » veut avoir une nouvelle infrastructure et élever le niveau de recrutement afin de pouvoir disposer d’officiers compétents et immédiatement opérationnels, a-t-il indiqué. L’occasion a été bonne pour Chérif Sy et sa délégation de se rendre dans l’actuelle AMGN pour encourager les encadreurs et les élèves officiers.

Dans le message de Chérif Sy, le président du Faso admire ce qui est fait sur le terrain.

La dernière étape de la tournée a été marquée par la visite du ministre de la Défense nationale au poste de commandement de la gendarmerie de Pô. Comme à l’accoutumée, une séance de tête-à-tête à huis clos s’est tenue avec la hiérarchie. Pour toutes les étapes, Chérif Sy transmet le même message d’encouragement du président du Faso, chef suprême des forces armées nationales.


Avec Lefaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Énergie solaire : La Banque mondiale finance environ 93 milliards de F CFA pour l’électrification de 120 000 ménages

Le Ministre de l’Énergie, des Mines et des Carrières, Dr Bachir Ismaël OUEDRAOGO a pris pa…