Elle s’offre un nouveau look. Le gouvernement présente ce mardi 16 mars la nouvelle carte nationale d’identité qui sera mise en circulation dès le mois d’août, pour respecter la législation européenne. Un document conçu pour être « plus sécurisé » grâce à la biométrie et destiné à mieux lutter contre la fraude. Les cartes nationales d’identité encore valides pourront être utilisées pour une durée de dix ans, soit jusqu’en 2031 au plus tard.

De la taille d’une carte bancaire, un format « harmonisé avec celui des autres pays de l’Union européenne », la nouvelle carte réalisée par inscription laser sera produite à l’Imprimerie nationale à Douai (Nord). Marlène Schiappa, ministre en charge de la Citoyenneté, se rend sur le site dans l’après-midi.

Éviter les fraudes

Outre l’état civil du titulaire, elle contiendra ses données biométriques, comme deux empreintes digitales et des éléments en relief pour les malvoyants. « Les usagers ont également la possibilité d’indiquer deux adresses au verso pour les enfants en résidence alternée chez leurs parents », précise le communiqué.

Apple est-il vraiment le champion de la vie privée qu’il prétend être ?

Pensée pour mieux lutter contre l’usurpation d’identité, la carte intégrera une série de technologies comme un dispositif holographique de nouvelle génération, une puce sécurisée et une signature électronique, ajoute le texte qui assure que la protection des données personnelles sera garantie.

Valable 10 ans à partir du 2 août

Le document sera déployé progressivement dès les prochains jours dans des départements « pilotes » (l’Oise et la Seine-Maritime) avant d’être généralisé à toute la France à compter du 2 août. Gratuite depuis 1998, la nouvelle carte d’identité sera, comme les autres, délivrée dans les mairies. À noter que si les cartes actuelles durent 15 ans, les durées de validité des nouvelles sont rabaissées à dix ans.

Les faux livres, l’influenceuse et son « crime de lèse-légitimité »

« L’usage de cette nouvelle carte nationale d’identité reste inchangé » et peut « également servir de titre de voyage, certains États (UE et hors UE) l’acceptant au même titre que le passeport », rappelle le ministère.

Chaque année, plus de 33 000 Français sont victimes d’usurpation d’identité. En 2020, près de 9 000 personnes porteuses de faux papiers ont été interceptées, selon le ministère de l’Intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

L’Euro 2021 vu d’Afrique : Allemagne-Portugal, un soupçon de Côte d’Ivoire-Cap-Vert

Il a ébloui le monde à l’Euro 2016 avec le Portugal. Renato Sanches et sa sélection finiro…